battre


battre

battre [ batr ] v. <conjug. : 41>
XIe; lat. battuere, puis battere, d'o. gauloise
I V. tr. A
1Donner des coups répétés, frapper à plusieurs reprises (un être vivant qui ne peut pas se défendre). coup; frapper, maltraiter, molester, rosser, rouer (de coups); fam. arranger, cogner, corriger, dérouiller, écharper, estourbir, 1. piler , sonner, tabasser, 2. taper (cf. fam. Casser la gueule, flanquer une volée, mettre la tête au carré, passer à tabac; rentrer dedans, dans le mou, dans le chou; tomber sur le paletot, le poil; voler dans les plumes). Il l'a battu comme plâtre, très fort. Battre qqn avec un bâton, un fouet, etc. bâtonner, cravacher, flageller, fouetter. Battre à coups de pied, de poing. botter, bourrer (de coups), bousculer, 1. boxer, brutaliser, arg. castagner. Ivrogne qui bat sa femme. Il a battu son jeune frère. Battre un enfant pour le punir. châtier, corriger, fesser, gifler, 2. taper. Il a voulu le battre (cf. Lever, porter la main sur). Il a été battu à mort. lyncher. Battre un homme, un ennemi à terre; fig. accabler qqn qui ne peut plus se défendre. Prov. Il ne faut jamais battre une femme, même avec une fleur. Battre son chien.
2Fig. Avoir le dessus sur (un adversaire). Battre l'ennemi. vaincre; défaire, écraser, tailler (en pièces). Battre qqn à plate(s) couture(s). Il a battu son adversaire aux élections (cf. L'emporter sur). Battre son adversaire aux échecs, au tennis. damer (le pion), gagner, 1. piler. L'équipe a été battue par trois à zéro. Nous les battrons, nous les aurons. ⇒ 1. avoir. Se faire battre : être battu. ⇒ perdre, succomber. Il s'est fait battre aux élections. enfoncer. Par ext. Battre un record. fam. pulvériser.
BFrapper sur (une chose).
1Frapper (un corps solide) avec un instrument. Battre un tapis. épousseter. Battre le linge pour le nettoyer ( batte, battoir) , la laine pour la carder. Battre le plâtre. briser, broyer, pulvériser. Battre avec un marteau. marteler . Battre l'or, l'argent, le cuivre, le réduire en feuilles très minces en le battant. — Le forgeron bat le fer sur l'enclume. Loc. fig. Battre le fer pendant qu'il est chaud : profiter sans tarder d'une situation propice. — Battre le fer à froid. Fig. BATTRE FROID à qqn,le traiter avec froideur. « M. Chalgrin me battait froid, j'avais dû faire une maladresse énorme » (Duhamel). Battre le briquet.
2Battre monnaie : fabriquer de la monnaie (qui, autrefois, se frappait au marteau). ⇒ frapper.
3Frapper sur ou dans (qqch.) pour remuer, agiter. Battre le beurre. baratter. Battre le blé ( battage, batteuse) . Battre des œufs en omelette. « battez-moi ces blancs d'œufs » (Gautier ). fouetter (cf. Monter en neige). Par ext. Battre les cartes, avant de les distribuer. ⇒ brouiller, mêler; fam. 1. brasser. Absolt C'est à vous de battre.
4Spécialt Battre les buissons, avec un bâton pour faire lever le gibier. — Par ext. Le chien bat les taillis.
5(de battre la terre « fouler » et battre les buissons) Parcourir pour rechercher, explorer. Battre la campagne, le pays, les chemins. fouiller, reconnaître. « On avait beau battre les forêts, fouiller les buissons » (Maupassant) [ battue] .
Loc. Esprit qui bat la campagne. divaguer, extravaguer. Battre le pavé : errer par les rues, marcher sans but. ⇒ flâner. Battre la semelle : frapper le sol avec ses pieds pour les réchauffer.
6Battre le tambour, le frapper avec des baguettes pour en tirer des sons. ⇒ tambouriner. Par ext. Battre la breloque, la chamade, la générale, le rappel, la retraite ( batterie) . Fig. Battre le tambour, la caisse, la grosse caisse, pour attirer l'attention, publier une nouvelle ( battage) .
7Mus. Battre la mesure : marquer la mesure, indiquer le rythme. Battre la mesure avec une baguette. Absolt Battre à la blanche, à deux temps. — Danse Battre un entrechat, des entrechats : battre les pieds l'un contre l'autre au cours d'un saut.
8Heurter, frapper (son corps). Battre ses flancs, sa poitrine. Ellipt Battre sa coulpe. Loc. fig. Se battre les flancs : faire des efforts inutiles. Fam. Je m'en bats l'œil : je m'en moque (cf. S'en taper).
9Heurter. Les vagues battent la falaise, le navire, se brisent contre eux. « comme un mât battu par la tempête » (Lamartine). La pluie battait la vitre. Heurter en se balançant. « La martingale de Fouillard lui bat minablement les fesses » (Dorgelès).
10Milit. Frapper de projectiles. canonner; batterie. L'artillerie commença à battre les positions ennemies. Battre et démolir les murs d'une forteresse. Battre en brèche.
11Battre pavillon (et adj.) :naviguer sous un pavillon. « des navires de guerre battant pavillon britannique » (Martin du Gard).
12Loc. Battre son plein.
II V. tr. ind. et intr.
1 ♦ BATTRE EN RETRAITE.
2Produire des mouvements répétés. Battre des mains ( applaudir, claquer) , des pieds ( trépigner) . « M. Pitkin bat des paupières et remue la tête » (Duhamel). Battre des ailes, de l'aile. Voile qui bat au vent. faseyer.
3Tirer ou produire des sons (d'un instrument à percussion). Battre du tambour. Absolt Battre avec des baguettes. Battre aux champs : battre le tambour pour rendre les honneurs. Le tambour bat. Tambour battant.
4Vieilli BATTANT NEUF : qui vient d'être battu par le chaudronnier (en parlant du cuivre). Un chaudron tout battant neuf. Fig. Complètement neuf. flambant. Une maison battant neuve. « Que devaient être, tout battant neufs, ces monuments ? » (G. d'Houville).
5 Être animé de battements. Son cœur bat encore ( 2. battant) . Son pouls bat vite. « La pensée bat, comme la cervelle et le cœur » (Claudel). Par ext. Le cœur lui bat : l'émotion lui fait battre le cœur plus vite. — Trans. Son cœur bat des coups réguliers. Un balancier qui bat les secondes. marquer.
6 ♦ BATTRE CONTRE. frapper, heurter. Les vagues battent contre le quai. La pluie bat contre la vitre.
7Heurter périodiquement par un balancement. La porte bat. Le vent fait battre les volets.
III ♦ SE BATTRE v. pron.
1(Récipr.) Lutter. Commencer à se battre (cf. En venir aux mains). Se battre comme des chiffonniers, des furies. se bagarrer, se colleter, s'empoigner, s'étriper, s'expliquer; fam. se bigorner, se tabasser (cf. Se prendre aux cheveux, se crêper le chignon, se jeter l'un sur l'autre, se taper dessus). Enfants qui se battent pour jouer. Se battre en duel, à l'épée. dégainer, ferrailler (cf. En découdre). Se battre au couteau, au pistolet. Les troupes se sont battues pendant trois jours. combattre. Coqs qui se battent. Il ferait (se) battre des montagnes. Par exagér. se chamailler , se disputer, se quereller. Ne vous battez pas, il y en aura pour tout le monde.
2Combattre contre un adversaire. Se battre avec, contre qqn, à coups de poing, au pistolet. Il s'est battu comme un lion. Aimer à se battre. bagarreur, batailleur, combatif. « Vos hommes savent se battre, mais ils ne savent pas combattre » (Malraux).
3Par ext. Se battre avec quelque chose, avoir des difficultés. Voilà une heure qu'il se bat avec cette serrure. s'acharner, se débattre, s'escrimer.
4Fig. Lutter, faire de grands efforts. batailler, lutter. Se battre pour un idéal, pour obtenir un avantage, pour qu'on vous rende justice. Il va falloir se battre. se bagarrer, se démener (cf. Monter au créneau, jouer serré). Se battre contre la concurrence ( 3. battant) , contre l'inflation. Il faut vous battre, ne vous laissez pas faire.
⊗ HOM. poss. Battis :bâtis (bâtir); battirent :bâtirent (bâtir); battez :bâtez (bâter).

battre verbe transitif (latin populaire battere, du latin classique battuere, frapper) Frapper quelqu'un, un animal, lui donner des coups de la main ou avec quelque chose : Battre quelqu'un comme plâtre. Frapper quelque chose à coups répétés avec quelque chose ou contre quelque chose : Battre un tapis. Frapper, remuer fortement une matière avec un instrument : Battre des œufs avec un fouet. Vaincre un ennemi par les armes : Battre une armée. Triompher d'un adversaire dans un combat, un jeu, etc., ou lui être supérieur dans un domaine : Battre tous ses concurrents à la course. Parcourir en tous sens une étendue de terrain pour l'explorer, pour y retrouver quelque chose, quelqu'un, etc. : Battre les bois pour retrouver un enfant disparu. Chorégraphie Exécuter un saut ou un pas battu. Technique Frapper (l'argile, les cahiers d'un volume à relier, du métal), enfoncer (des pieux), etc. ● battre verbe transitif indirect Frapper, heurter contre quelque chose par un mouvement de va-et-vient : Flots qui viennent battre contre le pied des rochers. Exécuter des mouvements répétés avec une partie du corps : Battre des cils. Oiseau qui bat des ailes.battre verbe intransitif En parlant du tambour, produire les sons qui lui sont propres ; retentir. En parlant de quelque chose, se mouvoir librement et heurter quelque chose : Un volet qui bat. En parlant du cœur, du sang, du pouls, être animé de pulsations. Flotter au vent, en parlant d'une voile. ● battre (expressions) verbe transitif indirect Battre des mains, les frapper l'une contre l'autre. Battre du tambour, de la grosse caisse, les faire retentir. ● battre (homonymes) verbe transitif indirectbattre (synonymes) verbe transitif indirect Frapper, heurter contre quelque chose par un mouvement de va-et-vient
Synonymes :
battre (expressions) verbe intransitif Avoir le cœur qui bat, avoir des pulsations accélérées du cœur dues à une forte émotion, à un effort, etc. Battre en arrière, marcher de l'arrière avec sa machine, en parlant d'un navire. ● battre (homonymes) verbe intransitifbattre (synonymes) verbe intransitif En parlant de quelque chose, se mouvoir librement et heurter quelque chose
Synonymes :
En parlant du cœur, du sang, du pouls, être animé...
Synonymes :
- cogner (populaire)
Flotter au vent, en parlant d'une voile.
Synonymes :
battre (citations) verbe transitif (latin populaire battere, du latin classique battuere, frapper) Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière Paris 1622-Paris 1673 Je veux qu'il me batte, moi. […] Il me plaît d'être battue. Le Médecin malgré lui, I, 2, Martine Henri de Régnier Honfleur 1864-Paris 1936 Académie française, 1911 Si vous battez une femme avec une fleur, prenez plutôt une rose. Sa tige a des épines. « Donc… » Krabattre (expressions) verbe transitif (latin populaire battere, du latin classique battuere, frapper) Battre l'air, agiter les bras, particulièrement au moment d'une chute ; faire quelque chose d'inutile. Battre le blé, le grain, frapper les épis pour en faire tomber les grains. Battre les cartes, les mélanger. Battre la charge, le rappel, etc., donner le signal de la charge, du rappel, etc., à l'aide du tambour. Battre la mesure, marquer avec des gestes les temps de la mesure d'un air, d'une chanson. Battre (tel ou tel) pavillon, en parlant d'un navire, arborer à un mât la marque distinctive de telle ou telle nation. Battre un rythme, un air, une marche, les exécuter sur le tambour. Battre le tambour, faire savoir quelque chose bruyamment. Battre la ligne, soulever un cordeau tendu et imprégné de craie (arcanne) pour le laisser retomber brusquement afin de tracer une ligne droite sur une pièce de bois. Battre une pièce, confectionner une pièce battue en sable, que l'on insère dans un moule de fonderie. Battre l'eau, en parlant du cerf sur ses fins, se jeter dans un étang ou dans une rivière pour dérouter les chiens. ● battre (homonymes) verbe transitif (latin populaire battere, du latin classique battuere, frapper)battre (synonymes) verbe transitif (latin populaire battere, du latin classique battuere, frapper) Frapper quelqu'un, un animal, lui donner des coups de la...
Synonymes :
- cogner (populaire)
- dérouiller
- passer à tabac (familier)
- rosser (familier)
- rouer de coups
- tabasser (populaire)
- taper (familier)
Frapper quelque chose à coups répétés avec quelque chose ou contre quelque chose
Synonymes :
Frapper, remuer fortement une matière avec un instrument
Synonymes :
- mêler
Vaincre un ennemi par les armes
Synonymes :
- anéantir
- défaire
- écharper
- tailler en pièces
Triompher d'un adversaire dans un combat, un jeu, etc., ou...
Synonymes :
- avoir (familier)
- dépasser
- écraser
- triompher de
Contraires :
Charpente. Battre la ligne
Synonymes :

battre
v.
aA./a v. tr.
rI./r
d1./d Donner des coups à, frapper (un être vivant). Battre un homme à terre. Battre qqn avec un bâton, une matraque.
d2./d Vaincre, avoir le dessus sur (qqn, un groupe). Il a battu tous les candidats. Notre équipe de rugby a battu celle de la ville voisine.
|| Par ext. Battre un record.
rII./r
d1./d Donner des coups sur (qqch) avec un instrument. Battre un tapis, des tentures avec une tapette pour en faire sortir la poussière. Battre l'or, l'argent, pour le réduire en feuilles très minces.
Battre monnaie: fabriquer des pièces de monnaie.
|| Battre le fer sur l'enclume.
Loc. fig. et prov. Il faut battre le fer quand il est chaud: il faut profiter sans attendre de l'occasion qui se présente.
d2./d Remuer, mêler en frappant à petits coups. Battre des oeufs: mêler le blanc et le jaune. Battre des oeufs en neige.
|| Par ext. Battre les cartes, les mélanger avant de jouer.
d3./d Battre les buissons, les fouiller avec un bâton pour faire sortir le gibier.
|| Par ext. Battre le pays, la contrée, la campagne, les parcourir pour faire des recherches.
Fig. Battre la campagne: laisser son esprit, son imagination errer, rêver.
(France rég.) Battre les quatre coins de la route: tituber sous l'effet de l'alcool.
d4./d Battre la mesure: marquer la mesure, le rythme.
|| Battre le tambour, le tam-tam: jouer du tambour, du tam-tam.
(Maurice) Battre la ravane.
|| (Maurice) Péjor. Battre la langue: parler pour ne rien dire.
|| Battre la retraite, le rappel: jouer l'air de la retraite, du rappel sur le tambour.
Fig. Battre le rappel: appeler, rassembler des personnes.
d5./d Loc. Battre la semelle: frapper le sol avec chaque pied alternativement (pour se réchauffer).
Battre le pavé: le fouler en marchant; fig. errer.
d6./d (Choses) Heurter, frapper contre. La mer bat les rochers. Le vent lui bat le visage.
d7./d MAR Battre pavillon belge, haïtien, etc.: arborer au mât de pavillon le pavillon belge, haïtien, etc.
rIII/r v. Pron.
d1./d Se porter des coups, lutter. Deux enfants qui se battent.
d2./d Combattre, entrer en conflit, en lutte avec un adversaire. Nos troupes se battent depuis un an. Se battre pour obtenir une augmentation de salaire.
aB./a v. intr. et v. tr. indir.
d1./d être agité de mouvements répétés. Le coeur bat. La porte bat dans le vent.
d2./d Battre contre: frapper. Les volets battent contre le mur.
d3./d Agiter (une partie du corps) de façon répétée. Battre des mains. Battre des paupières.
Fig. Battre de l'aile: aller mal. Un magasin qui bat de l'aile.
d4./d Le tambour bat: on bat le tambour.
aC./a Loc. fig.
d1./d Battre froid à qqn, être froid, inamical avec lui.
d2./d (Choses) Battre son plein.
d3./d Battre en retraite.

I.
⇒BATTRE1, verbe.
[L'idée dominante est celle de coups donnés]
I.— Emploi trans.
A.— Emploi imperfectif. Frapper de coups répétés
1. [Le suj. est un animé]
a) [Le compl. d'obj. est un animé ou une partie d'animé] Battre un enfant, un animal; battre qqn jusqu'au sang. Il avait envie de la battre, de l'étrangler, de lui arracher les cheveux! (MAUPASSANT, Bel-Ami, 1885, p. 245). Il y a des hommes qui, comme la femme de Sganarelle, aiment à être battus (O. FEUILLET, L'Histoire d'une Parisienne, 1881, p. 142) :
1. Jeanne pour moi seul est tendre,
Dit-il; laissons-la m'attendre,
Mais, maudissant son époux,
Jeanne, la puce à l'oreille,
Bat sa chatte que réveille
La tendresse des matous.
BÉRANGER, Chansons, t. 2, L'Ivrogne et sa femme, 1829, p. 31.
2. Afin d'endurcir leur courage, les enfants étaient soumis à de dures épreuves; les Maricopa pinçaient et battaient les garçons, ou bien les jetaient dans des fourmilières ou des nids d'abeilles.
R.-H. LOWIE, Manuel d'anthropol. culturelle, 1936, p. 274.
Loc. fig. (Se) battre les flancs. Battre les oreilles. Synon. plus usuel rebattre les oreilles. Avoir l'air d'un chien battu. S'en battre l'œil (pop.). Être tout à fait indifférent à quelque chose. Sa tranquillité d'abord; le reste, elle s'en battait l'œil. Ses dettes, toujours croissantes pourtant, ne la tourmentaient plus (ZOLA, L'Assommoir, 1877, p. 644).
b) [Le compl. d'obj. est un inanimé (avec l'idée d'un instrument qui frappe)]
[Inanimé naturel]
AGRIC. Battre le blé (avec un fléau) ou, absol., battre. Séparer le grain de l'épi. Aujourd'hui une machine à vapeur bat et vanne à la fois le blé (PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 146) :
3. Les blés étaient si rares que, dans ce temps de moisson, à mesure que les gerbes rentraient, on les battait tout de suite.
ERCKMANN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, t. 2, 1870, p. 161.
4. — Regardez-moi dans quel état ils sont, tous les deux. La petite a sa chemise trempée! Mais est-ce qu'on devrait battre par des chaleurs pareilles?
AYMÉ, La Jument verte, 1933, p. 177.
CHASSE. Battre les buissons. Les frapper (avec un bâton) pour en faire sortir le gibier.
ART MILIT. Battre un terrain (de coups de projectiles) :
5. — Attention, pour y aller, il faut traverser au plus vite une zone que bat une mitrailleuse ennemie.
BORDEAUX, Les Derniers jours du fort de Vaux, 1916, p. 63.
[Inanimé fabriqué]
Battre le tambour, la grosse caisse. Faire résonner le tambour, la grosse caisse en frappant avec les baguettes.
ÉCON. DOMESTIQUE. Battre le briquet (avec une pierre à fusil). Battre un tapis (avec une tapette). En chasser la poussière. Battre la pâte.
TECHNOL. Battre l'enclume. Battre le fer (avec un marteau). Le travailleur sur l'enclume, le forger. Loc. fig. Battre le fer quand il est chaud. Agir au moment opportun :
6. ... vous vous arrêtez court, vous vous croisez les bras, vous renoncez à continuer le succès, vous attendez l'écoulement infaillible, mais lent, de cette queue à si haut prix! Vous avez devant vous le proverbe : battre le fer quand il est chaud, et vous laissez refroidir!
HUGO, Correspondance, 1862, p. 418.
c) [Avec l'expression du résultat]
[La visée ou le résultat sont exprimés par un compl. circ.] ART MILIT.
Battre (un mur, une enceinte fortifiée, etc.) en brèche. Attaquer avec l'artillerie ou un bélier pour ouvrir une brèche. Au fig. Ruiner, détruire :
7. ... il se demandait si, après tout, Aurore ne se marierait pas quelque matin. Cette conclusion vint battre en brèche tous les projets résultant de la logique de son amour, ...
GOBINEAU, Les Pléiades, 1874, p. 261.
8. En outre, bien qu'il n'en parlât pas, il comptait que la foule des petits pays battrait en brèche les positions des puissances « colonialistes » et assurerait aux États-Unis une vaste clientèle politique et économique.
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1959, p. 199.
Vx. Battre en ruine. Même sens :
9. ... je dis encore que cette opinion ... serviroit elle-même à battre en ruine le système des intérêts révolutionnaires.
CHATEAUBRIAND, Mél. pol., 1816-24, p. 159.
Battre (le tambour pour donner le signal de la marche) en retraite. Se replier :
10. ... « des canons! Amenez des canons! » Et puis tout à coup, les Bretons qui reculent, en laissant leurs morts et leurs blessés, sur le pont! Comment nous tirer de là? Comment battre en retraite sous la fusillade des remparts?
ERCKMANN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, t. 2, 1870, p. 34.
P. anal., MAR. Battre en arrière. Faire machine arrière.
[La visée ou le résultat sont exprimés par un compl. d'obj.]
RELIG. Battre (la poitrine pour manifester) sa coulpe.
FIN. Battre (le métal de manière à en faire de la) monnaie.
ART MILIT. Battre (le tambour de manière à donner l'ordre de) la charge. Tout à coup le tambour battit la charge (HUGO, Les Misérables, t. 2, 1862, p. 490). Battre la breloque. Donner le signal de rompre les rangs. P. métaph. [En parlant des battements du cœur] Palpiter d'une manière irrégulière, fonctionner mal. Battre la chamade. Donner le signal de la reddition. P. métaph. [En parlant des battements du cœur] Palpiter d'une manière désordonnée, à grands coups violents et irréguliers. Battre le rappel :
11. Il était midi, j'entendais battre le rappel à la caserne d'infanterie pour aller à la soupe.
ERCKMANN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, t. 2, 1870, p. 140.
P. anal., arg. Battre la dèche. Être dans la misère. Je battais la dèche treize mois sur douze (MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, L'Homme-fille, 1883, p. 613).
d) Usuel. Battre (le sol avec) la semelle (de manière à réchauffer le pied) :
12. ... Je pense à tous ces gens que je ne connais pas, qui me ressemblent — et il y en a, la terre est grande! — les mendiants qui battent la semelle sous la pluie, les gosses perdus, les malades, les fous des asiles qui gueulent à la lune, et tant! Je me glisse parmi eux, je tâche de me faire petite, ...
BERNANOS, Journal d'un curé de campagne, 1936, p. 1252.
2. [Le suj. est un inanimé] Heurter de coups répétés. La pluie bat la fenêtre; la mer bat la côte. Le vent s'est élevé, les flots battent les deux flancs de la galère (CHATEAUBRIAND, Les Martyrs, t. 3, 1810, p. 37) :
13. Le concert, c'est la pluie qui bat ma vitre, et tant de regrets qui me battent l'âme.
E. DE GUÉRIN, Journal, 1840, p. 369.
14. Ses cheveux gris étaient à demi défaits; des mèches lui battaient la figure; ...
ALAIN-FOURNIER, Le Grand Meaulnes, 1913, p. 247.
15. Oui, je t'ai permis quelquefois de lutter dans l'ombre contre moi, avec ton armure, ton casque, et ton épée qui battait nos flancs, ...
GIRAUDOUX, Judith, 1931, I, 5, p. 61.
Expr. brachylogique, MAR. La mer bat (la côte en ayant atteint) son plein. Par temps doux avec brise légère du sud ou du sud-ouest, la croule bat son plein (F. VIDRON, La Chasse en plaine et au bois, 1945, p. 65). Au fig., cour. Battre son plein. Être à son comble, à son point culminant. La fête bat son plein :
16. C'était l'époque où battait son plein la querelle des transformistes et des fixistes.
Ch. COMBALUZIER, Introd. à la géol., 1961, p. 66.
B.— Emploi perfectif Atteindre par des coups répétés de manière à anéantir quelqu'un ou quelque chose. Synon. plus expressif abattre.
a) Battre qqn. Battre l'adversaire, l'ennemi. Chercher les armées ennemies, centre de la puissance adverse, pour les battre et les détruire (FOCH, Des Principes de la guerre, 1911, p. 41).
Factitif. Se faire battre par qqn.
Fam. [P. allus. aux coutures que l'on aplatit en frappant avec le dé] Battre qqn à plate couture.
P. ext. [L'idée dominante n'étant plus celle de violence mais celle de compétition] :
17. Mais suppose que l'Allemagne vaincue, tout recommence comme avant : on établit un régime démocratique mais les trusts dépensent assez d'argent pour nous faire battre aux élections ...
VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 99.
♦ [Compétition sportive] Battre qqn à la course :
18. ... je lancerai un défi à Lacordaire, et je le battrai aux échecs. Il déteste perdre.
SAINT-EXUPÉRY, Pilote de guerre, 1942, p. 353.
b) Au fig. Battre qqc.
Expr. brachylogique. Battre (qqn qui détient) un record. Battre tous les records; battre le record de :
19. Nous en étions arrivés à consulter davantage les baromètres, les thermomètres, comme si nous faisions quelque ascension et tentions de battre un record d'altitude.
GIRAUDOUX, Bella, 1926, p. 175.
JEUX. Battre atout, les atouts. Faire tomber les atouts.
II.— Emploi abs. ou intrans.
A.— Être agité de mouvements répétés :
20. Un père, à rudes moustaches grises, regardait courir devant lui un bel enfant ... au cou duquel battait un collier d'ambre.
E. et J. DE GONCOURT, Manette Salomon, 1867, p. 2.
Battre contre. Heurter :
21. ... la selle était vide, et les étriers battaient contre les flancs déchirés du coursier.
SANDEAU, Mlle de la Seiglière, 1848, p. 329.
B.— Produire un son, claquer sous l'impulsion d'un mouvement. Il entend la mer battre au pied de Log-Onâ, / Et la nue en pleurant passer sur Comanâ (BRIZEUX, Marie, Le Barde, 1840, p. 16) :
22. LA COURTISANE. — Mais, Lampito, quelqu'un frappe à la porte.
LAMPITO. — Non, maîtresse, c'est l'auvent qui bat contre le mur.
FLAUBERT, La Tentation de st Antoine, 1849, p. 378.
Emploi factitif :
23. Si le vent fait battre le portail, je crois que tu reviens.
POURRAT, Gaspard des Montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 166.
C.— Être animé de battements. Le cœur, le pouls bat; les artères, les tempes, les veines battent. Christophe entendait battre ses artères, comme une mer intérieure (R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Foire sur la place, 1908, p. 668) :
24. Rien, plus rien, le bruit du vent haut. Pourtant, il y avait quelqu'un assis sur la branche du figuier, ça ne faisait pas de doute. Un long moment où j'entends battre le sang dans mes poignets, puis, la tache blanche reparaît; ...
GIONO, Un de Baumugnes, 1929, p. 165.
♦ [En emploi expr., accompagné du pron. pers. lui] :
25. ... le sang lui battait aux tempes et ses entrailles se serraient.
GREEN, Moïra, 1950, p. 221.
P. compar. :
26. Presque au-dessus de sa tête, l'horloge bat à petits coups, comme un cœur.
BERNANOS, Sous le soleil de Satan, 1926, p. 298.
En partic. Le cœur bat. Le cœur est animé de battements violents et irréguliers provoqués par une émotion.
SYNT. S'arrêter, cesser de battre; battre à l'unisson, de joie; battre fort, vite, faiblement, violemment, régulièrement; battre à coups réguliers, à grands coups, à se rompre.
D.— Spéc. Battre du tambour. Faire résonner le tambour. Le tambour bat. Le tambour retentit. Aller tambour battant.
III.— Emploi pronom.
A.— Réfléchi. Se battre. Combattre :
27. Dans les maquis du Vercors et d'Auvergne ou sur la terre d'Afrique, des Français se battaient contre l'ennemi.
AMBRIÈRE, Les Grandes vacances, 1946, p. 311.
SYNT. Se battre à l'épée, se battre en duel; se battre comme un lion; se battre à coups de ...
Au fig. :
28. Je me bats contre un plan qui ne vaut rien. Il faut en revenir à faire de mon ouvrage un ouvrage de pur raisonnement et qui n'ait rien d'historique.
CONSTANT, Journaux intimes, 1805, p. 187.
29. La vie [de Valois] continuait à se battre dans ce corps foudroyé.
DRUON, La Louve de France, 1959, p. 229.
B.— Réciproque. Échanger des coups.
P. ext. Se disputer :
30. M. de Crac est mort, et ses héritiers ou du moins ceux qui se croient des droits à sa succession, se querellent, se battent, à tel point que pour les calmer on les fait descendre dans un puits d'où on les remonte un à un.
L. SCHNEIDER, Les Maîtres de l'opérette fr., Lecocq, 1924, p. 156.
P. métaph. :
31. Un peigne à la main, il [Wilfred] remit de l'ordre dans les mèches qui se battaient sur son front et s'observa d'un air hostile.
GREEN, Chaque homme dans sa nuit, 1960, p. 151.
PRONONC. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[], (je) bats [ba]. Enq. :/ba/ (il) bat. 2. Forme graph. — FÉR. Crit. t. 1 1787 admet une var. batre. Dans les mots de la famille battre, le t est simple ou double dans les conditions suiv. : ,,en dehors des mots dont le t est final comme abat, les seuls mots de la famille de battre qui ne prennent qu'un t sont : bataille et ses dérivés, combatif, combativité, courbature et ses dérivés. Les autres mots de cette famille prennent deux t : abattre, battage, combattant, rabatteur et même, actuellement, abattage et abattis`` (Ortho-vert 1966).
II.
⇒BATTRE2, verbe.
[L'idée dominante est celle d'un mouvement répété ou prolongé]
A.— [Avec une idée d'agitation]
1. Emploi trans.
a) Mettre en mouvement à l'aide de quelque chose qui tourne ou s'agite.
CHASSE. Battre l'eau. ,,Lorsque le cerf ou le chevreuil fatigué va dans l'eau pour se rafraîchir et ruser ... l'animal bat l'eau`` (BAUDR. Chasses 1834). PÊCHE. Battre l'eau (avec un bâton). Frapper l'eau pour effrayer le poisson et le pousser dans les filets.
Au fig. Battre l'air. Faire des mouvements rapides et désordonnés :
1. Là-dedans, Coupeau dansait et gueulait. Un vrai chienlit de la courtille, avec sa blouse en lambeaux et ses membres qui battaient l'air; ...
ZOLA, L'Assommoir, 1877, p. 782.
b) [Avec une idée de transformation] Battre les œufs (en neige, en omelette), battre la crème.
JEUX. Battre les cartes. Les mêler par des mouvements répétés de la main.
c) P. méton. ou p. brachylogie. [Le compl. désigne non la matière ou l'objet mais le résultat visé]
ÉCON. DOMESTIQUE. Battre (les œufs, la crème de manière à obtenir) l'omelette, le beurre.
MUS. Battre (l'air de manière à indiquer) la mesure, le rythme. CHORÉGR. Battre (la mesure de manière à rythmer) un entrechat :
2. Il battit un entrechat, fit les castagnettes avec ses doigts, ...
MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, La Serre, 1883, p. 678.
d) Emploi factitif et ell., MAR. Battre pavillon (britannique, français etc.).
Rem. Dans cette tournure, pavillon est à la fois objet (le navire arbore le pavillon) et sujet (le pavillon bat au vent).
2. Emploi abs. Produire, effectuer des mouvements vifs et répétés avec quelque chose. Battre des cils, du pied :
3. Je l'ai laissée [la truite] gigoter et battre de la queue jusqu'à ce qu'elle soit morte.
RENARD, Journal, 1894, p. 243.
4. En quoi consiste sa danse? Elle bat des talons, éperdument, avançant à peine, presque immobile, ...
MONTHERLANT, La Petite Infante de Castille, 1929, p. 654.
5. Je l'ai vue au bord de la rivière,
Iphigénie aux cils battants.
Elle était claire, claire, claire,
Elle battait des paupières
Comme je fais quand je mens.
MONTHERLANT, Encore un instant de bonheur, 1934, p. 717.
Battre des mains. Frapper une main contre l'autre pour applaudir.
P. métaph. :
6. L'abolition de la peine de mort, cette haute leçon donnée par une république née hier aux vieilles monarchies séculaires, est un fait sublime. Je bats des mains et j'applaudis du fond du cœur.
HUGO, Correspondance, 1848, p. 635.
[En parlant d'un oiseau]
Battre des ailes. Remuer vivement les deux ailes :
7. La baignoire que j'ai donnée à mon oiseau est beaucoup trop étroite; il y peut tout juste entrer, mais une fois qu'il est là-dedans, il ne peut plus s'ébrouer et battre des ailes; ...
GIDE, Journal, 1914, p. 426.
Battre de l'aile. Ne remuer qu'une seule aile avec des mouvements vifs et désordonnés. P. métaph. Être mal en point, perdre sa vigueur :
8. Est-ce que l'on ne peut pas entendre, quand on tend une fine oreille, tous les soupirs de la vie qui s'en va, de l'argent qui s'évanouit, de la pensée qui bat de l'aile et s'épuise.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Le Notaire du Havre, 1933, p. 134.
Battre froid à qqn. Lui manifester de la froideur :
9. L'ambassadeur disgracié, le chef de bureau mis à la retraite, le mondain à qui on bat froid, l'amoureux éconduit examinent, parfois pendant des mois, l'événement qui a brisé leurs espérances; ils le tournent et le retournent comme un projectile tiré on ne sait d'où ni on ne sait par qui, presque un aérolithe.
PROUST, La Prisonnière, 1922, p. 318.
B.— [Avec une idée de déplacement] Parcourir.
Battre la contrée, la campagne, les champs, les bois, les buissons. Les parcourir pour chasser. Le chien bat les buissons; il va, vient, sent, arrête, Et voilà le chevreuil (FLORIAN, Fables, Le Vacher et le garde-chasse, 1792, p. 52). P. ext. Battre la contrée, la campagne, les champs, les bois, les buissons. Les explorer à la recherche d'une chose précise. Au fig. Battre la campagne. Divaguer.
Battre le pavé. Au fig., fam. Arpenter la rue sans but.
Loc. Chemin(s), sentier(s) battu(s).
PRONONC. ET ORTH. — Cf. battre1.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Mil. XIe s. « frapper qqc. à coups répétés » (Alexis, éd. G. Paris et L. Pannier, 85d dans T.-L. : Batant ses palmes, cridant, eschevelede); d'où emploi techn. a) ca 1100 a or batue (Roland, éd. Bédier, 1331); ca 1190 mounoie batue (A. DE BERNAY, Alexandre, éd. H. Michelant, 253, 16 dans T.-L.); 2e moitié du XIIIe s. batre le fer (RUTEBEUF, Œuvres, éd. A. Jubinal, I, 399, ibid.); b) apr. 1260 batre le blé (PH. DE NOVARE, Quatre Ages, éd. M. de Fréville, 74, ibid.); c) 1160 vén. batre les buissons (Enéas, éd. Salverda de Grave, 6903, ibid.); 2. 1165-70 « frapper qqn à coups répétés dans une intention hostile » (CHR. DE TROYES, Erec et Enide, éd. W. Foerster, 4392, ibid. : Et corgiees andui tenoient, De quoi si vilmant le batoient Que ja li avoient del dos La char ronpue jusqu'as os); d'où 1606 se battre « lutter » (NICOT); p. ext. 1606 battre qqn « infliger une défaite à qqn » (Ibid.); 3. ca 1165-70 « (d'une chose) heurter à coups répétés » (B. DE STE MAURE, Troie, éd. L. Constans, 2481 dans T.-L. : Ot ... en sa lance grant enseigne; Les lengues l'en batent as poinz); 4. ca 1165 « (d'une chose) produire, éprouver des mouvements répétés, ici en parlant du cœur » (M. DE FRANCE, Guigemar, éd. K. Warnke, 301, ibid. : le quer ... Qui suz les costes li bateit).
Empr. au lat. forme pop. (dep. IIe s., Fronton dans Naber, t. 7, p. 55 dans TLL s.v., 1789, 47; fréq. ensuite, ibid., 1789, 13); de , dep. PLAUTE, Casina, 496, ibid., 1789, 27, au sens de « frapper le visage de qqn » d'où 1 et 2; verbe peu fréq. jusqu'au VIe s., seulement techn.; 1 a, VIIe-VIIIe s. (Compositiones Lucenses ad tingenda musiva, I, 14 dans Mittellat. W. s.v., 1395, 68); b mil. IVe s, (Donati Comment. Terenti in Eunuch., 381 dans TLL s.v., 1789. 20); 4 n'est pas attesté en lat.; s'est développé à partir de 3.
STAT. — Fréq. abs. littér. :8 903. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 8 740, b) 16 305; XXe s. : a) 16 079, b) 12 001.
BBG. — DARM. Vie 1932, p. 111. — DUCH. 1967, § 15. — GÉNOLHAC (P.). Encore battre à Niort. Vie Lang. 1956, pp. 168-171. — GIR. t. 2 Rem. 1834, pp. 102-103. — GOTTSCH. Redens. 1930, passim. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 42, 186. — GUIRAUD (P.). Mél. d'étymol. argotiques. Cah. Lexicol. 1970, t. 16, n° 1, p. 64, 74. — LYER (S.). Part. prés. actif avec le sens passif. Archivum romanicum. 1932, t. 16, p. 302. — MAT. Louis-Philippe 1951, p. 145. — SAIN. Lang. par. 1920, pp. 250-251. — TOURMEVILLE (J.). Au jardin des loc. fr. Vie Lang. 1953, p. 248. — WEXLER (P. J.). Pour l'ét. du vocab. des vaudevilles. In : [Mél. Cohen (M.)]. The Hague-Paris, 1970, p. 212.

battre [batʀ] v.
CONJUG. je bats, nous battons; je battais; je battis, nous battîmes; je battrai; bats, battons, battez; que je batte, que nous battions; que je battisse, qu'il battît, que nous battissions; battant; battu.
ÉTYM. Mil. XIe; du lat. battuere, dans Plaute, « frapper le visage de qqn », puis battere « battre »; verbe peu fréquent en latin, limité à des sens techniques jusqu'au VIe.
———
I V. tr. Donner des coups répétés à…, frapper à plusieurs reprises. Frapper.
A
1 (Le compl. désigne un être vivant). Coup (administrer, appliquer, délivrer, donner, envoyer… des coups à qqn; fam. coller, flanquer, foutre, mettre des coups à qqn); bûcher (vx), étriller, frapper, malmener, maltraiter, rosser, rouer (de coups), taper (sur).Il n'y va pas de main morte, il l'a battu comme plâtre : il l'a frappé longtemps. || Il l'a battu jusqu'au sang, cruellement. || Il l'a battu comme un sourd, sans entendre les plaintes de sa victime.Battre qqn à coups de bâton, de fouet, de matraque… Bastonner, bâtonner (donner la bastonnade), bourrader (rare), cingler, cravacher, flageller, fouailler, fouetter, fustiger, houssiner, marteler, matraquer, sangler, triquer.Battre qqn à coups de pieds, de poings. Assommer (cit. 3), bourrer (de coups), boxer, brosser (fam.), calotter, claquer, cogner, échiner, éreinter (fam.), frotter (frotter l'échine, fam.), gifler, gourmer (vx), houspiller, secouer (fam.), souffleter, talocher (fam.). || Battre un enfant pour le punir. Châtier, corriger, fesser. || Il a voulu le battre. (→ Lever, porter la main sur lui). || Il a été battu à mort. Lyncher.
REM. La notion a de nombreuses expressions dans la langue fam. ou argotique. Arranger, assaisonner, astiquer, avoiner, bigorner, botter, bouffer (le nez), bourrer (la gueule), carder (le poil), casser (la gueule, la tronche, les reins…), cogner, démolir, dérouiller, enfoncer (les côtes), épousseter, estourbir, flanquer, filer (un abattage, une brossée, une brûlée, une danse, une dégelée, une dérouillée, une étrenne, une frottée, une giboulée, une peignée, une pile, une raclée, une ratatouille, une rincée, une roulée, une rouste, une tannée, une tatouille, une tournée, une trempe, une tripotée, une volée…; Coup); foutre (sur la gueule), mettre (sur la gueule); passer (à tabac), piler, rentrer (dedans, dans le mou); sabouler (vx), sauter (dessus, sur le casaquin), secouer (et secouer les puces), soigner, sonner, tabasser, tamponner, tanner (le cuir à qqn), taper (dessus), tatouiller, tomber (sur le paletot), travailler, tricoter (les côtes à qqn); et aussi gueule (mettre sur la), nez, poil, tête (faire une grosse tête à qqn, lui mettre la tête au carré…), fête (faire sa fête à qqn).Battre qqn à mains nues, avec un bâton.Vx. || Battre qqn de verges (→ ci-dessous, cit. 4).Absolt. (→ ci-dessous, cit. 1).
1 Frappez, battez, chargez, accablez-moi de coups.
Molière, Amphitryon, III, 7.
2 Et je veux qu'il me batte, moi !… Voyez un peu cet impertinent, qui veut empêcher les maris de battre leurs femmes !… — Faites, rossez, battez comme il faut votre femme; je vous aiderai si vous le voulez.
Molière, le Médecin malgré lui, I, 2.
3 Semblables à ces enfants drus et forts d'un bon lait qu'ils ont sucé, qui battent leur nourrice.
La Bruyère, les Caractères, I.
4 (Le voleur était) seulement battu de verges, s'il était impubère.
Montesquieu, l'Esprit des lois, XXIX, 13.
5 Éconduit, il insiste (le courtisan); repoussé, il tient bon; qu'on le chasse, il revient; qu'on le batte, il se couche à terre.
P.-L. Courier, Simple discours.
Faire battre (qqn). → ci-dessous, cit. 85.
Battre un homme, un ennemi à terre : au fig., accabler qqn qui ne peut plus se défendre; faire preuve de lâcheté.
Battre un animal, un chien, un cheval. — ☑ Prov. Vx. Qui veut battre (mod. : noyer) son chien l'accuse de la rage.
2 (1606). Avoir le dessus sur (un adversaire). || Battre l'ennemi. Vaincre; bousculer, bouter, culbuter, défaire, enfoncer, tailler (en pièces). → Avoir l'avantage sur, prendre le dessus. ☑ Battre qqn à plate couture (par allus. aux coutures qu'on aplatit en frappant; → Couture) : défaire, remporter une victoire décisive sur… || Il a battu son adversaire aux élections.Être le meilleur, l'emporter, dans une compétition, un match. || Battre son adversaire aux échecs, au tennis, etc. Gagner (cf. Damer le pion à…, faire échec à…). || Nous les battrons, nous les aurons. Avoir (supra cit. 56). || Ils ont été battus par six à zéro, quelle piquette ! Piler.
6 On croit que M. de Luxembourg les battra (les Allemands).
Mme de Sévigné, Lettres, 559, 22 juil. 1676.
7 Avec son escrime française, il les a battus à plate couture.
Loti, Mme Chrysanthème, XLVI, p. 231.
7.1 La Pointe-au-corps, qui avait été un très bel homme dans sa jeunesse (…) qui, au camp de Hollande, et bien jeune alors, avait battu à plate couture tous les autres prévôts et remporté un prix de deux fleurets et de deux masques montés en argent.
Barbey d'Aurevilly, les Diaboliques, « Le bonheur dans le crime ».
3 (1882, in Petiot). Par métonymie. || Battre un record : devenir détenteur du record (en battant tous les précédents détenteurs).
B (Compl. n. de chose). Frapper (sur une chose).
1 Frapper (un corps solide) avec qqch. (un instrument, un outil…). || Battre un habit, un tapis avec une époussette, une houssine, une tapette, une vergette. Épousseter, houssiner, taper. || Battre le linge pour le nettoyer. Batte, battoir. || Les blanchisseuses, les lavandières battaient le linge.
7.2 Tout à coup, dans la nuit, j'entends une femme qui bat du linge.
J. Renard, Journal, 29 janv. 1898.
(XIIIe, battre le fer, le blé). Emplois techn. || Battre la laine pour la carder, la battre au brisoir. || Battre le plâtre. Briser, broyer, pulvériser. || Battre un livre avec un maillet, avant de le relier. || Battre un métal avec un marteau. Marteler. || Battre l'or, l'argent, le cuivre, le réduire en feuilles très minces en le battant.
(Après 1260). || Battre le blé, le grain, ou, absolt, battre. Battage, batteur, batteuse, fléau.
Battre la terre avec une dame. Damer, fouler.
8 On est obligé de battre la terre sur les sépultures et d'y mêler de grosses épines pour les empêcher (les chacals) de la gratter et fouir.
Buffon, Hist. nat., Les quadrupèdes, t. VI, p. 202.
Absolt. Sports (cricket, base-ball). Se servir de la batte pour renvoyer la balle. Batteur.Par ext. || L'équipe qui lance et l'équipe qui bat.
8.1 Comme au cricket (…) dont il (le base-ball) est dérivé il y a environ un siècle, l'un des camps, dont c'est le tour de battre, tente de compter des points. À l'exception du lanceur, l'autre équipe est répartie sur le terrain de façon à essayer de rattraper la balle — ce qui a pour effet l'élimination du batteur (…).
Jean Dauven, Technique du sport, p. 115.
Le forgeron bat le fer sur l'enclume, bat l'enclume. — ☑ Loc. fig. Battre le fer pendant qu' (ou quand) il est chaud : profiter sans tarder d'une occasion favorable, presser une affaire tandis qu'elle est en bon train.
9 Lorsque le temps presse et qu'il faut
Battre le fer quand il est chaud.
Scarron, Virgile, VI.
9.1 Battre le fer quand il est chaud : ce proverbe est dans toutes les bouches, depuis que tant de gens sont en place, et que tout le monde est sur pied pour chercher à supplanter ses concurrents. Mais d'après les difficultés d'aborder les ministres, le fer a tout le temps de se refroidir; et les bureaux n'en font jamais qu'à leur tête.
Cousin-Jacques, Dict. néologique, 1800, in D. D. L., II, 11.
Battre le fer à froid (en parlant du forgeron). — ☑ Loc. fig. (Trans. ind.). Battre froid à qqn, le traiter avec froideur.
10 L'ambassadeur disgracié, le chef de bureau mis brusquement à la retraite, le mondain à qui on bat froid, l'amoureux éconduit examinent, parfois pendant des mois, l'événement qui a brisé leurs espérances.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. XII, p. 142.
11 La certitude m'était venue que M. Chalgrin me battait froid, que j'avais dû faire une maladresse énorme et difficilement réparable.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VI, 7.
REM. Le tour usuel est battre froid à qqn. Gide emploie cette locution verbale avec un complément direct.
11.1 Édouard n'a jamais rien fait pour s'attirer les bonnes grâces des critiques. Si ceux-ci le battent froid, peu lui importe.
Gide, les Faux-monnayeurs, I, VIII, in Romans, Pl., p. 983.
Le seul emploi courant est avec un pronom en complément indirect. On lui bat, je lui bats froid; il leur battait froid.
Battre le briquet. Briquet.
2 (1080). Techn. || Battre monnaie : fabriquer de la monnaie (qui, autrefois, se frappait au marteau). Frapper.
12 Le prince seul a droit de battre monnaie, attendu que lui seul a droit d'exiger que son témoignage fasse autorité parmi tout un peuple.
Rousseau, Émile, III, p. 218.
Au fig., vieilli. Battre monnaie : se procurer de l'argent.
13 Chamillart avait battu monnaie de tout ce qu'il avait, et emprunté le reste.
Saint-Simon, Mémoires, 70, 153.
3 a Frapper sur ou dans (qqch.) pour l'agiter, le mélanger.
Pêche. || Battre l'eau avec un bâton, la remuer, la troubler pour prendre certains poissons. (régional) Bouiller, 2. bouler, rabouiller.Fig. Bâton (infra cit. 1).
b Agiter, mêler. || Battre les cartes, les brouiller avant de les distribuer. Mêler.Absolt. || C'est à vous de battre et de donner.
13.1 (…) et ils battirent les cartes, absorbés, perdus déjà dans de profondes combinaisons.
Zola, Son Excellence Eugène Rougon, t. II, p. 26.
c Battre des œufs en omelette. || Battre un blanc d'œuf en neige. Monter (faire monter). || Battre le champagne. Batteur.
14 (…) battez-moi ces blancs d'œufs en père fouetteur.
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, XI.
Battre le lait. || Battre le beurre. Baratter, batte. || Battre de la crème. Agiter, fouetter. || « Délayez la crème fraîche avec le lait et battez le tout ensemble sur de la glace placée dans un récipient… » (R. Oliver, la Cuisine, Bordas, art. Crème chantilly). Brouiller, mêler, touiller, travailler; batteur.
4 (1160). Spécialt (chasse). || Battre les buissons, les frapper, les agiter avec un bâton pour faire lever le gibier. || Battre la campagne pour forcer le gibier à aller à l'endroit où sont les chasseurs. Rabattre.Par ext. || Le chien bat les taillis.
15 Je battais les taillis et les prés gorgés d'eau en chien indépendant qui ne rend pas de comptes (…)
Colette, Histoires pour Bel-Gazou, III.
Prov. (Vieilli). Il a battu les buissons et un autre a pris les oiseaux : il s'est donné beaucoup de peine et un autre en a profité.
16 On bat les buissons, et les autres prennent les oiseaux.
Mme de Sévigné, Lettres, 391, in Littré, Dict., art. Buisson.
5 Par ext. (De battre la terre « fouler »; et de battre les buissons). Parcourir (une grande étendue) à la recherche de qqch.; aller à la découverte, en reconnaissance. Explorer, fouiller, parcourir, reconnaître. || Battre la campagne, la forêt, le pays; les chemins, les sentiers, les routes. || Battre l'estrade (vx). || Les sergents recruteurs battaient le pays à la recherche de nouvelles recrues. || Tous les pays (1. Pays, cit. 19) que j'ai battus.
17 On avait beau battre les forêts, fouiller les buissons, on ne le rencontrait jamais (le loup).
Maupassant, Clair de lune, « Loup ».
17.1 (…) mes agents battent toutes les rues avoisinantes… tout le quartier !… mais, je vais vous dire, monsieur le Président… je vais vous dire une chose terrible.. si je ne les retrouvais pas, cela ne m'étonnerait pas !
G. Leroux, Rouletabille chez Krupp, p. 58.
(Par métaphore du sens 4.) :
18 À force de battre les buissons des idées, les philosophes, même les plus lointains et les plus perdus, finissent par faire lever des vérités.
Hugo, Post-Scriptum de ma vie, I.
19 Pour avoir battu autrefois toutes les routes de l'impureté, un converti a tôt fait de les reconnaître.
F. Mauriac, Souffrances et Bonheur du chrétien, p. 167.
Au fig. Battre la campagne : rêver à des sujets variés (sans ordre). Délirer, déraisonner, divaguer, extravaguer (→ Courir les champs; vieux).
20 Quel esprit ne bat la campagne ?
La Fontaine, Fables, VII, 10.
21 Mon vieux prêtre parlait beaucoup, s'échauffait, battait la campagne et se tirait d'affaire en disant qu'il n'entendait pas bien le français.
Rousseau, les Confessions, I.
22 (…) la fièvre recommença, et bien fort. Sylvinet s'assoupissait, battait la campagne en rêvassant.
G. Sand, la Petite Fadette, p. 227.
Vx. || Battre la mer, la parcourir dans tous les sens.
23 (Flotte du sultan) Toi qui, dans ta démence,
Battais les mers, immense
Comme Léviathan !
Hugo, les Orientales, V, 6.
Battre le pavé, le fouler en marchant.Fig. Aller par les rues, aller et venir sans but. Errer, flâner.
24 Crois-tu qu'un juge n'ait qu'à faire bonne chère,
Qu'à battre le pavé comme un tas de galants (…)
Racine, les Plaideurs, I, 4.
25 Il s'ennuyait de battre les galeries de Versailles et le pavé de la cour.
Saint-Simon, Mémoires, III, 10.
Battre la semelle : frapper le sol avec ses pieds pour les réchauffer.
26 Son pied glacé bat la mesure
Et la semelle en même temps.
Th. Gautier, Émaux et Camées, « Fantaisie d'hiver ».
6 Battre le tambour, le frapper avec des baguettes pour le faire résonner (→ ci-dessous, II., 3., le tour trans. ind.). Tambouriner. || On battait le tambour pour assembler les soldats.Par ext. || Battre la breloque, la chamade, la charge, la diane, la générale, le rappel, la retraite, etc. Batterie.Aussi les sens fig.Battre la breloque, la chamade, le rappel.Battre le tambour, battre la grosse caisse pour attirer l'attention. || Dans certains villages de France le garde champêtre battait son tambour avant de lancer son « Avis à la population ! »
27 Je double le pas, j'entends battre la caisse, je cours à toutes jambes.
Rousseau, les Confessions, I.
28 Il sonnait un coup sec, puis, du bout des doigts, battait le rappel sur la porte pour indiquer que c'était lui (…)
Courteline, Boubouroche, I (cf. Tambouriner).
Loc. fig. Battre le tambour, battre la caisse : proclamer qqch. avec éclat, chercher à attirer l'attention.
29 Je ne puis penser que la « Nature » était inconnue avant Rousseau; ni la méthode avant Descartes; ni l'expérience avant Bacon; ni tout ce qui est évident avant quelqu'un. Mais quelqu'un a battu le tambour.
Valéry, Rhumbs, p. 39.
Loc. fig. Battre les oreilles (à qqn de qqch.; par qqch.; vx). Assourdir, fatiguer.REM. La forme battre s'est effacée dans le langage cour. au profit de rebattre. || Il m'en bat et rebat les oreilles. Rebattre.
30 Entendrons-nous les chrétiens nous battre les oreilles par cette belle raison ?
Bossuet, Honneur du monde, 3.
30.1 On me bat les oreilles d'une foule d'affaires.
Zola, Son Excellence Eugène Rougon, t. II, p. 136.
Fig., fam. (Vieilli). Battre la (sa) flemme (p.-ê. de l'argot milit., par allus. aux batteries de tambour) : paresser.
7 Battre la mesure : marquer la mesure, indiquer le rythme. || Au XVIe siècle, on bat la mesure en frappant le sol d'un bâton. || Battre la mesure avec un archet, une baguette.
Danse. || Battre un entrechat, des entrechats, le (les) réaliser, en dansant.
8 Frapper avec son corps, un membre, d'un mouvement répété (un élément, une surface).
Battre l'air (de ses membres), l'agiter par des mouvements rapides, parfois saccadés et désordonnés. || Les chauves-souris battent l'air de leurs ailes. Agiter, 1. air (supra cit. 17). || Battre l'air de ses bras en tombant.
31 Il (le coq) aiguisait son bec, battait l'air et ses flancs.
La Fontaine, Fables, VII, 13.
32 Le malheureux lion se déchire lui-même,
Fait résonner sa queue à l'entour de ses flancs,
Bat l'air, qui n'en peut mais (…)
La Fontaine, Fables, II, 9.
Par anal., fig. (Vx). Battre l'air : faire des efforts inutiles (→ ci-dessous, III., se battre les flancs).
Par métaphore (de la vibration de l'air induite par le mouvement) :
33 La réputation, un son qui bat l'air et qui passe.
Massillon, Oraison funèbre de M. de Villeroy.
34 Un angelus battit de son aile bleue la torride blancheur d'un clocher (…)
Francis Jammes, le Roman du lièvre, I, p. 10.
(Le compl. désigne une surface dure). Heurter. || Un ivrogne qui chancelle et bat les murs. || Battre le sol de ses pieds.
35 De rage elle battait les murs avec sa tête.
J.-F. Regnard, les Folies amoureuses, II, 6.
Heurter, frapper (son corps). || Battre sa poitrine en signe de repentir. — ☑ Ellipt. Battre sa coulpe (par allus. aux pécheurs qui se frappaient la poitrine en disant leur mea culpa).Battre ses flancs (→ ci-dessous, III., se battre les flancs).
9 (Vx ou en loc.; sujet n. de chose ou de personne). Heurter de coups répétés. a Frapper de projectiles. Canonner; batterie. || L'artillerie commença à battre les positions ennemies. || Les anciens se servaient du bélier pour battre les murailles et les renverser. || Battre et démolir les murs d'une forteresse.
36 Mahomet battit les murs (de Rhodes) avec seize canons.
Chateaubriand, le Génie du christianisme, IV, V, 1.
Battre (un mur…) en brèche.Fig. || Battre un argument en brèche (ou en ruine, vx), l'attaquer, le ruiner. || Battre en brèche le crédit de qqn. Attaquer, ébranler.
37 Cette Gironde, qui, jusqu'ici, sous l'inspiration de Madame Roland, battait le trône en brèche.
Michelet, Hist. de la révolution franç., t. I, p. 937.
b (Le sujet désigne la mer, les vagues; le vent). || Les vagues battent la falaise, la digue, les rochers, se brisent contre eux. || La tempête bat le navire, le secoue.
38 Je voyais les vagues qui venaient battre le pied de la tour où j'étais prisonnier.
Fénelon, Télémaque, II.
39 En doublant le cap Horn, après avoir passé le détroit de Le Maire, des tempêtes extraordinaires battent les vaisseaux d'Anson et les dispersent.
Voltaire, Précis du siècle de Louis XV, 27.
Par comparaison :
40 M. Thibault entendait, de très loin, ces phrases qui venaient en vain, comme des vagues contre un rocher, battre son cerveau pétrifié par la peur.
Martin du Gard, les Thibault, t. IV, p. 129.
Par métaphore :
41 Les gendarmes, groupés autour du brancard comme autour de leur raison d'être, forment un îlot fixe, contre lequel la houle humaine vient battre.
Martin du Gard, les Thibault, t. VIII, p. 183.
(Le sujet désigne la pluie, des gouttes de pluie, etc.). || Les grêlons battent les vitres. Fouetter.
42 Elles (les gouttes d'eau) battaient sa face, s'écrasaient, claquaient sans relâche.
Zola, Germinal, I, IV.
c Heurter en se balançant. || Une longue rapière lui bat les mollets. || « La martingale de Fouillard lui bat minablement les fesses » (Dorgelès).
10 Battre pavillon… : naviguer sous (tel ou tel) pavillon (le plus souvent au p. prés.). || Un pétrolier battant pavillon libérien s'est échoué au large d'Ouessant. || Le navire battant pavillon amiral détient le commandement de la flotte.
43 (…) des navires de guerre battant pavillon britannique (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. VI, p. 42.
11 Loc. Battre son plein, se dit de la mer quand elle est haute, quand elle est à son plein (cit. 58 et 59).Fig. Être à son point culminant, à son apogée; être en pleine activité. || La fête bat son plein; les réjouissances battent leur plein.REM. Pour plus de détails, se reporter à plein (cit. 60 à 64).
44 La splendeur de l'avril battait son plein au-dessus de Paris.
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, IV, 2.
———
II V. tr. ind. et intr.
1 Battre en retraite : se battre en faisant retraite, se retirer du combat.
45 (…) ils forcent les Autrichiens, bientôt rompus, à battre en retraite dans le plus grand désordre (…)
Louis Madelin, Hist. du Consulat, t. V, p. 276.
Fig. Abandonner, céder, reculer, retirer (se).
46 Un « mais » (…) lui eût permis de battre en retraite paré des honneurs de la guerre (…)
Courteline, Boubouroche, III.
46.1 (…) les deux administrateurs, affirmant que Brasselier voulait brader l'affaire, avaient alerté les actionnaires; un syndicat de défense s'était constitué qui menaçait de faire nommer en justice un administrateur provisoire. Et le pauvre Brasselier avait dû battre en retraite.
René Floriot, La vérité tient à un fil, p. 15.
(Sujet n. de chose) :
46.2 Laure a guéri.
La grippe, d'ailleurs, semblait battre en retraite.
Suzanne Prou, la Terrasse des Bernardini, p. 138.
Mar. || Battre en arrière : faire machine arrière.
2 Produire des mouvements répétés (avec un membre, une partie mobile du corps). || Battre des mains, des pieds. || Battre des mains en signe d'approbation. Applaudir, claquer.
47 Les ovations continuèrent, plusieurs minutes. Les auditeurs restaient là, debout, à battre des mains, à crier, pour rappeler l'orateur.
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 128.
Battre des paupières, des cils.
48 M. Pitkin bat des paupières et remue la tête en signe de dénégation.
G. Duhamel, Scènes de la vie future, IV.
(Le sujet désigne un oiseau). || Battre des ailes : agiter les ailes pour voler. — ☑ Fig. Battre de l'aile, ne plus battre que d'une aile (cit. 19 et supra).
3 (→ ci-dessus, I., B., 6.). Tirer des sons (d'un instrument à percussion) en frappant dessus (à coups de baguettes, etc.). || Battre du tambour, de la caisse, de la grosse caisse.
Absolt. || Il battait avec des baguettes, avec un balai.Battre aux champs : battre le tambour pour rendre les honneurs.
49 Quand il sortait ou rentrait, la garde battait aux champs.
Saint-Simon, Mémoires, II, 401.
Absolt. Être battu. || Le tambour bat, bat aux champs.
50 Plus de tambours battant aux champs, plus de couronne.
Hugo, les Châtiments, « Expiation ».
(1671). || Tambour battant : au son du tambour. || Le régiment a défilé tambour battant. — ☑ (1689). Fig. Mener qqn tambour battant, sans lui laisser de répit.Mener une affaire tambour battant, promptement, rondement, vivement, d'une manière expéditive.Traiter qqn tambour battant, rudement (→ Intraitable, cit. 2; loup, cit. 7).
50.1 C'était donc déjà une petite entreprise qu'on faisait marcher tambour battant car on la voyait à la fois au four et au moulin, recevant les clientes, dirigeant les essayages, surveillant la fabrication. Bref, cela ronflait.
R. Queneau, le Vol d'Icare p. 188.
Vx. À six heures battant. Battant (adj.).
4 Vx. || Battant neuf, s'est dit du cuivre qui vient d'être battu par le chaudronnier. || Un chaudron tout battant neuf (Académie).Mod. Complètement neuf. Flambant (neuf). || Un habit tout battant neuf. || Une maison battant neuve.REM. Pour l'accord, → Battant, adj.
51 C'est un petit esprit vif et tout battant neuf, que nous prenons plaisir d'éclairer.
Mme de Sévigné, Lettres, 491, 12 janv. 1676.
52 Que devaient être, tout battant neufs, ces monuments admirables ?
G. d'Houville, le Temps d'aimer, p. 301, in Grevisse.
5 (V. 1165). Être animé de mouvements répétés. Battement. || Les cils, les paupières battent (→ ci-dessus, cit. 48). || Les artères, les tempes battent. || Son pouls bat vite.Le cœur bat.Au p. prés. || Le cœur battant, animé de battements accélérés par l'émotion (→ ci-dessous, cit. 61).Avoir le cœur battant : être violemment ému.Son cœur battait si fort que… (→ Appuyer, cit. 16).Tant que son cœur battra : jusqu'à sa mort.
53 Le cœur bat plus violemment qu'à l'ordinaire.
Bossuet, Traité de la connaissance de Dieu…, III, 17.
54 Rien d'humain ne battait sous ton épaisse armure (…)
Lamartine, Nouvelles méditations, « Bonaparte ».
55 Rien ne faisait encor battre son cœur rebelle.
Hugo, les Orientales, XXXIII, 3.
56 Pourquoi mon cœur bat-il si vite ?
Qu'ai-je donc en moi qui s'agite,
Dont je me sens épouvanté ?
A. de Musset, Nuit de mai.
57 Tant que mon cœur battra,
Toujours il te dira :
Rappelle-toi.
A. de Musset, Rappelle-toi.
58 (…) ces deux cœurs qui battaient en mesure, enfermés dans le tournoiement de la valse.
Alphonse Daudet, Contes du lundi, I, 18.
59 Son cœur battait à se rompre (…) Et dire que, d'un moment à l'autre, cette porte en bas allait s'ouvrir.
Loti, Pêcheur d'Islande, II, XI, p. 120.
60 Elle sentit des marteaux de fer battre dans sa poitrine et resta immobile sur le seuil.
France, le Lys rouge, XXXII.
61 Il l'avait suivie le cœur battant, en proie à une émotion paralysante à force d'être douce.
Paul Bourget, Un divorce, III.
62 La pensée bat, comme la cervelle et le cœur.
Claudel, Positions et Propositions, p. 9.
62.1 Mon cœur ne bat pas moins fort qu'à vingt ans.
Gide, Voyage au Congo, in Souvenirs, Pl., p. 690.
62.2 Ta bouche séduit ton visage
Et ton corps peut venir
Battant comme un cœur.
Éluard, les Mains libres, « Les sens », Pl., t. I, p. 592.
Par ext. || Le cœur lui bat : l'émotion lui fait battre le cœur plus vite. || Le cœur me battait de joie.
63 (…) cette fortune subite mettait mes esprits en mouvement; le cœur m'en battait, le feu m'en montait au visage.
Marivaux, le Paysan parvenu, I.
64 Le cœur me battait d'impatience de feuilleter le nouveau livre que j'avais dans la poche.
Rousseau, les Confessions, I.
6 Trans. (Le compl. désigne les coups). || Battre des coups réguliers (en parlant du cœur, d'une pendule, etc.). || Un balancier qui bat les secondes. Marquer.
65 La longueur du pendule qui bat les secondes sous l'équateur (…)
Buffon, Essai d'arithmétique, 1 t. X, p. 190.
66 Les sabots des garçons de ferme battaient l'heure du dîner dans la cour.
J. Vallès, l'Enfant, p. 168.
67 Le cœur de Guillaume sautait en cadence, battait des coups sourds de mineur (…)
Cocteau, Thomas l'imposteur, p. 173.
7 Battre contre. Frapper, heurter (→ ci-dessus, I., B., 9.). || Les vagues battent contre le quai. || La pluie bat contre la vitre.
68 Ainsi la guêpe (…) bat et bourdonne contre la vitre, tandis que la fenêtre est entrebâillée à quelques centimètres de là.
Montherlant, les Jeunes Filles, p. 27.
69 (…) l'éternelle serviette pleine de papiers et de livres lui battait contre le flanc.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VII, 258.
8 Absolt. || Battre : avoir des oscillations répétées, des battements; ne pas être bien assujetti. Remuer; balancer (se), ballotter, secoué (être). || Le fer de ce cheval bat. Locher. || La porte bat. || Les contrevents battent. || Le vent fait battre les volets. || Une voile en ralingue bat. Faséyer.
9 Techn. Se dit d'un métier à tisser qui fonctionne, qui est alimenté en trame.
69.1 En 1810, une nouvelle crise obligea à démonter sept mille métiers sur les quatorze mille qui « battaient » à Lyon.
Michèle Beaulieu, les Tissus d'art, p. 96.
10 Argot. Mentir. — ☑ Loc. Battre à Niort : nier (faussement).
———
III V. pron. || Se battre.
1 Réfléchi. Rare. || Se battre (soi-même).
70 Il me prendrait envie, en mon juste courroux,
De me battre moi-même, et me donner cent coups.
Molière, l'Étourdi, III, 12.
2 Réfl. ind. || Se battre, se frapper la poitrine en disant son mea culpa. Coulpe et → ci-dessus, I., B., 8. || Se battre les flancs (en parlant d'un animal) : se frapper les flancs de la queue (ou, par anal., des ailes…). ci-dessus, cit. 31. || Un lion irrité rugit en se battant les flancs. — ☑ Fig. Se battre les flancs pour qqch., s'agiter, faire beaucoup d'efforts pour y réussir, mais sans succès. Évertuer (s').
71 Tout à coup et comme se battant les flancs pour s'irriter davantage (…)
Saint-Simon, Mémoires, VIII, 147.
72 J'ai beau me battre les flancs pour arriver à l'exaltation alpine des écrivains de montagne, j'y perds ma peine.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, IV, 2.
73 Alors, j'ai beau me battre les flancs, je ne parviens pas à trouver dans une si lointaine perspective de quoi me consoler d'avoir à vivre dans la faune vorace du monde actuel (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. IX, p. 92.
(1666, Brécourt, in D. D. L.). Fig., fam. Se battre l'œil (de qqn, de qqch.), s'en moquer complètement. Balancer (s'en), ficher (se), moquer (se). || Il s'en bat l'œil, de la politique.
74 Je m'en bats l'œil (…)
La Fontaine, Ragotin, IV, 7.
75 Comme ma chute n'est ni une affaire d'art, ni une affaire de sentiment, je m'en bats l'œil profondément.
Flaubert, Correspondance, t. IV, p. 178.
76 Wagner, l'homme, je m'en bats l'œil. Wagner, pour moi, c'est une abstraction créatrice.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, III, XI.
3 (1606). a Récipr. (Sujet au pluriel ou collectif; → ci-dessous, cit. 79 et 80). Lutter, se donner mutuellement des coups, se combattre. Combattre, lutter. || Ils se battent à coups de poing. Boxer (se). || Des poules qui se battent à coups de bec. Becqueter (se). || Commencer à se battre. Découdre (en), venir (en venir aux mains). || Se battre avec acharnement comme des chiffonniers, des crocheteurs, des furies… (fam. ou pop.) Astiquer (s'), bagarrer (se), bastonner (se), becqueter (se becqueter le nez), bigorner (se), bouffer (se bouffer le nez), cheveu (se prendre aux cheveux), chignon (se crêper le chignon), colleter (se), coltiner (se), cogner (se), crocheter (se),expliquer (s'), ficher, foutre (se ficher, se foutre des coups sur la gueule, etc.), peigner (se), tabasser (se), tamponner (se), taper (se); et → ci-dessus, I., A. || Se battre avec des armes. || Se battre en duel, au pistolet, à l'arme blanche, au couteau, au rasoir. || Se battre à l'épée. Bretteur, ferrailleur. || Se battre dans un bar, sur un terrain vague… || Des voyous se sont battus sauvagement avec des chaînes de vélo. || Se battre sur le champ de bataille. || Aimer à se battre. Batailleur, bagarreur, baroudeur… || Ceux qui se battent. Adversaire, combattant, guerrier.
b Réfl. (Le sujet peut être au singulier). Combattre. || Se battre contre un ennemi, un adversaire, en attaquant, en se défendant. || Se battre avec qqn à coups de poings.Il s'est battu comme un lion, vaillamment, avec acharnement. || Il va se battre en duel. || Il ne veut pas se battre au couteau.(Dans le contexte militaire). || Nos troupes se sont battues avec courage. || Ils ont conquis la position sans se battre. Combattre (→ Sans coup férir).REM. Selon les contextes, se battre peut impliquer des connotations très variées : les plus nettes sont celles du duel, de la bagarre (→ ci-dessus) et, plus spécifique, celle de la guerre.
77 Eh bien ! ils se battront, puisque vous le voulez (…)
Corneille, le Cid, II, 5.
78 Ils se battront (les hommes) jusqu'à ce que la plus forte partie opprime la plus faible, et qu'enfin il y ait un parti dominant.
Pascal, Pensées, V, t. II, p. 228.
79 Étant forcés de combattre de près, ils mirent tous l'épée à la main, et alors il se fit un grand carnage, car on se battait corps à corps (…)
Rollin, Hist. ancienne, 1 t. VI, p. 244.
80 Philippe le Bel défendit le duel en matière civile; et l'on put plaider sans être obligé de se battre.
Saint-Foix, Œuvres, t. III, p. 26.
81 Si vous voulez des nouvelles de nos armées : le régiment de Champagne s'est battu comme un lion, et a été battu comme un chien.
Voltaire, Lettre à d'Argence, 24 fév. 1761.
81.1 Les hommes naquirent tous isolés, envieux, cruels et despotes; voulant tout avoir et ne rien céder, et se battant sans cesse pour maintenir ou leur ambition ou leurs droits, le législateur vint et dit : cessez de vous battre ainsi; en cédant un peu de part et d'autre, la tranquillité va renaître.
Sade, Justine…, t. I, p. 53.
82 Avant que de nous battre, Messieurs, il est un point qu'il est bon de débattre.
Collin d'Harleville, M. de Crac dans son petit castel, 22.
83 (…) cacher, à ceux qui se battent, ce qui se trame à l'arrière.
Martin du Gard (cf. Arrière, cit. 5; Adversaire, cit. 7).
84 Vos hommes savent se battre, mais ils ne savent pas combattre.
Malraux, l'Espoir, p. 26.
84.1 — Monsieur, je n'arrive pas à les séparer, ils se battent comme des chiffonniers !
On se jette sur les enfants, on les sépare.
Toto hurle, solidement maintenu.
— On ne se bat pas comme des chiffonniers ! Vous n'y comprenez rien du tout ! On est mariés ! On joue à se faire des scènes !
J. Anouilh, Ardèle ou la Marguerite, p. 74.
Par exagér. (Récipr.). Batailler (se), chamailler (se), disputer (se), quereller (se). || Ne vous battez pas, chacun sera servi à son tour. aussi Acharner (s'), batailler, débattre (se), démener (se), escrimer (s').(Réfl.). || Voilà une heure qu'il se bat avec cette serrure. Escrimer (s').
Loc. fig. Se battre contre des moulins à vent (par allus. au Don Quichotte de Cervantes) : vouloir combattre des ennemis, des dangers imaginaires.
Emploi factitif. || Se faire battre : recevoir des coups ( Écoper…), ou succomber dans une lutte, être battu. Succomber; perdre.
(Avec ellipse de se). || Faire battre des adversaires, faire qu'ils se battent (récipr.). || Faire battre un lâche, faire qu'il se batte (réfl.). || Faire battre qqn, faire qu'il soit battu, que qqn le batte.
85 Faire battre a deux sens très différents. On les fit battre par des gens apostés; on aposta des gens qui les battirent. On les fit battre, on les mit aux prises, on fit qu'ils se battirent. On fit battre un ours contre trois chiens.
Littré, Dict., art. Battre.
Loc. fig. (Récipr.). Il ferait (se) battre des montagnes : il s'arrange pour dresser les gens les uns contre les autres. (→ Montagne, cit. 5.1).
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
battu, ue p. p. adj.
1 Qui a reçu des coups. || Les enfants battus. Martyr. || On a créé ces dernières années des centres d'hébergement pour les femmes battues.Battu de verges, à coups de fouet… (→ ci-dessus, I., A., 1.). — ☑ Loc. fam. Il est cocu, battu et content : il prend du bon côté ses mésaventures.
86 Je ne suis point battant, de peur d'être battu.
Molière, Sganarelle, 17.
87 Il me plaît d'être battue.
Molière, le Médecin malgré lui, I, 2.
87.1 On est battu et content parce qu'on ne se croit pas battu mais vainqueur.
Proust, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 751.
Avoir l'air d'un chien battu, l'air craintif.
Fig. Qui a l'aspect de qqn qui aurait été battu (air, mine).Spécialt. || Avoir les yeux battus, le tour des yeux bleuâtre comme si l'on avait reçu un coup. Œil (cerné…). || « Les yeux battus, la mine triste et les joues blêmes » (chanson).
N. m.Prov. Les battus paient l'amende, loin d'obtenir une réparation, ils sont en butte à de nouvelles vexations (loc. tirée des combats judiciaires d'autrefois où, effectivement, le vaincu payait l'amende). Amende (cit. 4).
2 Qui est vaincu. || Une armée battue. || Un général battu. || Battus, mais non découragés. || L'ennemi attaqué, battu, chassé. Vaincu.
Battu aux échecs, au jeu, au championnat… ( Perdant), aux élections ( Blackboulé).
Se tenir pour battu. || Ne pas se tenir pour battu, ne pas s'avouer battu : ne pas avouer sa défaite, ne pas s'y résigner.
88 Puisque la fière et redoutable maison d'Autriche a la modestie de se tenir pour battue (…)
d'Alembert, Lettre au roi de Prusse, 22 déc. 1762.
88.1 Cependant le pharmacien Josse Liefrinck, qui était un entêté, et qui ne se tenait pas pour battu, bien qu'il l'eût été réellement, voulut encore placer une observation.
J. Verne, Une fantaisie du docteur Ox, p. 84.
89 (…) ceux qui ne se résignent pas à perdre la partie, qui n'acceptent pas que la vie soit une partie qu'il faut toujours perdre. Jean Racine jamais ne consentit à être battu.
F. Mauriac, la Vie de Jean Racine, p. 105.
3 (Choses). Frappé par un instrument. || Fer battu. || Feuilles d'or battu. || Des graines oléagineuses remises sous le pilon et battues de nouveau. || Œufs battus en neige. || Crème battue, fouettée…
Sol battu par les pieds. Foulé. || Tennis en terre battue.
Chemin battu (vieilli); sentier battu (mod.) : chemin foulé par les pieds des passants, chemin fréquenté. — ☑ Fig. Suivre les chemins (vieilli), les sentiers battus, les procédés ordinaires, les moyens connus, les usages établis… || Il ne s'écarte pas des sentiers battus. Banal, rebattu.Sortir des sentiers battus : avoir une attitude, une action originale. Buissonnier (3.).
90 Il apprendra de moi les sentiers peu battus
Qui mènent aux honneurs sur les pas des vertus.
La Fontaine, Fables, XI, 2.
4 Avoir les oreilles battues de qqch. Rebattre (les oreilles…).
91 Le moyen d'avoir les oreilles battues de tant de méchantes causes, et d'être obligé de dire qu'elles sont bonnes ?
Racine, Lettres.
5 Battu de la mer, des flots, des vents, de la grêle… (→ Aquilon, cit. 7). || Un pays battu par des vents arides (cit. 2). Balayé.Par métaphore. Frappé, secoué (→ ci-dessous, cit. 92).
92 Tourmenté, battu d'orages de toute espèce, fatigué de voyages et de persécutions depuis plusieurs années, je sentais vivement le besoin du repos, dont mes barbares ennemis se faisaient un jeu de me priver.
Rousseau, les Confessions, XII.
93 (…) comme un mât battu par la tempête.
Lamartine, Méditations, II, 20.
94 Il contemplait le jardin vert battu de pluie (…)
Colette, la Fin de Chéri, p. 66.
6 Chorégr. || Pas, saut battu, accompagné de croisements très rapides des jambes.En comp. || Jeté battu. Jeté.
CONTR. Cajoler, câliner, caresser, choyer, flatter.
DÉR. 1. Bat, batée, battable, battade, battage, 1. battant, 2. battant, batte, battée, battement, batterie, batteur, battoir, battue, batture. — V. Bataille, batifoler, batiste, 3. battant.
COMP. Bacul, bat-flanc. — V. Abattre, combattre, contrebattre, courbature, débattre, ébattre, entrebattre, imbattable, rebattre.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • battre — BATTRE. v. a. Je bats, tu bats, il bat; nous battons, vous battez, ils battent. Bats. Je battois, je battis, je battrai. Battant, battu. Frapper, donner des coups pour faire du mal. Battre un homme. Battre quelqu un à coups de poing. Battre un… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • battre — BATTRE. v. a. Donner des coups pour faire du mal, frapper. Battre un homme. battre un chien. battre quelqu un à coups de poings. battre une muraille. un rempart à coups de canon. On dit proverb. Battre un homme dos & ventre, le battre comme… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • BATTRE — v. a. ( Je bats, tu bats, il bat ; nous battons, vous battez, ils battent. Je battais. Je battis. Je battrai. Je battrais. Bats. Battant. Battu. ) Frapper, donner des coups pour faire du mal. Battre un homme. Battre quelqu un à coups de poing.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • battre — (ba tr ), je bats, tu bats, il bat, nous battons, vous battez, ils battent ; je battais ; je battis, nous battîmes ; je battrai ; je battrais ; bats, battons, battez ; que je batte, que nous battions ; que je battisse, que nous battissions ;… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BATTRE — v. tr. Frapper de coups répétés. Battre un homme. Battre quelqu’un à coups de poing. Battre un chien. Il était défendu de battre de verges un citoyen romain. Fig. et fam., Battre un homme à terre, Accabler quelqu’un qui n’a plus la force de se… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • battre — vt. , frapper, taper, donner des coups : BATRE (Aillon V., Aix.017, Albanais.001, Albertville.021, Annecy.003, Arvillard.228, Balme Si., Chambéry.025, Giettaz.215, Houches.235, Marthod.078, St Nicolas Cha.125, Samoëns.010, Saxel.002, Thônes.004,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • bättre — • hellre, bättre, snarare, villigare …   Svensk synonymlexikon

  • battre — фр. [батр] отбивать ◊ battre la mesure [батр ля мэзю/р] отбивать такт, дирижировать …   Словарь иностранных музыкальных терминов

  • battre — v.t. Feindre, simuler. Battre le nave, les barges, les dingues, simuler la folie …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • battre — (v. 3) Présent : bats, bats, bat, battons, battez, battent ; Futur : battrai, battras, battra, battrons, battrez, battront ; Passé : battis, battis, battit, battîmes, battîtes, battirent ; Imparfait : battais, battais, battait, battions, battiez …   French Morphology and Phonetics


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.